Tous les articles de

Sonia Reboul

Cette année, c’est dans l’espace gigantesque de l’Arsenal que la Foire Papier se tiendra jusqu’au dimanche 23 avril. L’incontournable rendez-vous des amateurs et professionnels d’art sur papier y fête ses 10 ans d’existence avec un parcours artistico-visuel de qualité. Elle représente toujours une très belle occasion de (re)découvrir un panel d’artistes canadiens contemporains ainsi que que les lignes artistiques de près de 40 galeries canadiennes. Voici une « petite » sélection autour de thèmes émergents contemporains : l’environnement, les mondes oniriques, la danse, et la politique… J’y ajoute également quelques « classiques » et mes

Le week-end dernier, on a profité du beau temps aux Jardineries, sur l’esplanade du Stade Olympique. Ceux qui imaginent un apéro tristounet sur une grande dalle de béton grise se trompent… Les Jardineries, c’est un nouvel espace charmant où l’on peut (au choix !) : danser sous des guirlandes lumineuses, déguster une bonne bouffe maison et des bières de microbrasserie, et se détendre devant un show… Finalement, il s’agit d’une sorte de fête du village sympathique et un brin vintage gérée par Pépinière & Co, l’association aussi derrière les Jardins Gamelins, le Village au Pied-Du-Courant,

L’équipe de Danse-Cité nous a donné rendez-vous au 3700 rue de Berri. Pourtant, cette adresse n’est ni celle d’une salle de spectacle ni celle d’une galerie d’art. Je découvre sur place une bâtisse massive en pierres grises et aux escaliers imposants. À l’accueil, le mystère reste entier : on m’enregistre (y a-t-il un risque que je n’en ressorte pas?!) et on me tend un plan en m’expliquant que ce soir, il y aura 12 performances réparties sur deux étages, chacune dans 12 pièces différentes… libre à moi de circuler comme je

Son regard rappelle étrangement celui de Jim Morrison, ses lèvres celles de Mick Jagger Sous ces airs faux airs de rock star se cache un photographe de talent qui a secoué les mœurs dans les années 70 et 80. Sexe, sadomasochisme et modèles afro-américains furent les sujets de prédilection de Robert Mapplethorpe, artiste au destin tragique, qui « a révélé trois tabous de la société américaine : la violence, l’homosexualité et les relations interraciales dont les stigmates demeurent. »* Jusqu’au 22 janvier 2017, le musée des beaux-arts de Montréal lui consacre une rétrospective phénoménale

C’est au détour d’un regard que j’ai découvert le travail de Claude Chaussard : dans une Foire Papier bondée et survoltée, mon oeil fût happé par un « trou blanc ». La blancheur, le dépouillement et la justesse du tracé de ses Nus furent mes portes d’entrée dans son univers artistique. Quelques semaines plus tard, j’étais invitée à découvrir l’intimité de son atelier dans le grand complexe d’artistes du Canal Lachine. Dissimulée au fond d’un dédale de couloirs, c’est dans le fumoir de cette ancienne manufacture de matelas que l’artiste, Français d’origine et

Dans 100 ans sera achevé la construction d’Onkalo, un site d’enfouissement sous-terrain destiné à recueillir des déchets nucléaires sur une période de 100 000 ans. Ce projet inconcevable à échelle humaine est le point de départ de Jamais assez, une création de danse présentée au FTA, portée par un puissant travail de lumière et l’énergie de 10 danseurs virtuoses. 10 – 100 – 100 000. Ces multiples donnent le tournis, tout comme cette danse folle où les interprètes incarnent tantôt des ombres, tantôt des morceaux de magmas noirs, des aiguilles d’un gigantesque

Autant être franche : le théâtre, à la base, est loin d’être ma tasse de thé. Mon esprit nomade se sent trop souvent à l’étroit lorsqu’il est coincé entre une trame narrative et des dialogues. Je préfère l’art visuel ou la danse contemporaine qui me laissent une liberté d’interprétation et de ressenti. Mais je dois dire qu’avec Go Down, Moses de Romeo Castellucci présenté au FTA, j’ai découvert une tout autre forme de théâtre : un théâtre contemporain « holistique » aux multiples lectures possibles et aux questionnements infinis. Go Down, Moses est d’abord une œuvre

D’une année à l’autre, la foire Papier est un rendez-vous incontournable pour les amoureux d’art visuel. Un événement qui démocratise l’art d’acquérir des œuvres d’art en exposant exclusivement des créations sur support papier, étant bien moins dispendieuses que les toiles ou les sculptures.  C’est aussi une merveilleuse occasion de (re)découvrir les talents locaux et les lignes artistiques des 38 galeries canadiennes représentées. Entre dessin, photo, et art digital, voici mes sept coups de cœur Querelles. Coté dessin… Claude Chaussard – Nu no 5 – Galerie Eric Devlin La forêt d’arbres lumineux à l’entrée de Gatineau, c’est

Le Printemps montréalais, ce n’est pas seulement des différences de températures de 20 degrés et des fausses joies estivales, c’est aussi un mois entier d’évènements culturels dédiés au numérique. Le Printemps numérique signe un retour en force avec une 3e édition regroupant 150 activités du 21 mars au 21 juin, réparties sur une bonne dizaine de lieux, et pas exclusivement destinées aux geeks. Expos interactives, expériences immersives, festivals de musique électronique, installations publiques, performances audiovisuelles… il y en aura pour tous les goûts ! Notre sélection musicale MUTEK A/VISIONS 1

Après une soirée-bénéfice festive réussie dans les coulisses de la salle Wilfrid-Pelletier, l’Opéra de Montréal vient de dévoiler sa toute nouvelle saison! On a le plaisir d’y découvrir, en plus d’oeuvres classiques majeures, des propositions plus modernes qui sauront ravir les novices et les plus jeunes… On vous dévoile notre choix, ainsi qu’une entrevue avec Véronique Gaumond-Carignan, présidente du comité des Jeunes associés. Notre sélection Querelles Opéra 2016 Another Brick In The Wall Oui oui, il s’agit bien d’une version opéra de l’oeuvre majeur des Pink Floyd! On est bien curieux de découvrir cette

Après Patrick Bernatchez, le MAC continue sur sa lancée et nous offre une toute nouvelle exposition au fond encore une fois profondément mélancolique, et à la forme toujours aussi multidisciplinaire. Jusqu’au 22 mai, c’est le travail de l’artiste islandais Ragnar Kjartansson (prononcer RAG-ner kuh-YART-un-sun) qui sera à découvrir dans une toute première exposition d’envergure canadienne qui lui est dédiée. Artiste reconnu internationalement (et notamment présenté à plusieurs Biennales de Venise), Ragnar Kjartansson sonde l’art de la performance dans des créations teintées d’humour et de poésie mêlant musique, théâtre, arts plastiques et cinéma. Retour sur deux oeuvres marquantes, porteuses de réflexions profondément

  BRBR… Ça sonne comme une onomatopée hivernale…. …mais non : c’est à prononcer « barbare »… À l’origine de BRBR, une franchise multiplateforme vouée à la diffusion des nouveaux talents musicaux canadiens (surtout franco), il y a ce constat que les jeunes artistes musiciens ont du mal à faire parler d’eux. 
TFO (le réseau de télévision publique francophone de l’Ontario) a donc décidé il y a environ 5 ans de lancer BRBR, une émission de télé ayant pour mandat de promouvoir les artistes francophones, francophiles et canadiens émergents. À bord du bus aux couleurs

Do It : le titre sonne comme un slogan d’une marque de sneakers que je ne citerai pas. La page Facebook de la galerie de l’UQAM nous renseigne : « Do it implique que l’institution d’accueil, les visiteurs et les artistes invités réalisent eux-mêmes les œuvres, celles-ci étant constituées uniquement d’instructions à accomplir ». On se demande ce qui nous attend. Est-ce un encore un de ces ateliers de création manuelle antistress? Va-t-on pouvoir, comme d’ordinaire, flâner passivement entre les œuvres? Ou s’embarque-t-on sur un terrain glissant où l’on risque de finir

Il fait nuit à 17h, on a ressorti les doudounes en plumes d’oie… aucun doute : l’hiver est là. Mais LA bonne nouvelle, c’est que Igloofest revient cette année avec une programmation de folie! Pour fêter ses 10 ans de party électros glaciales, on aura droit à une toute nouvelle configuration de site (surprise!), mais surtout à une brochette d’invités exceptionnels. Difficile de faire un choix parmi les 12 soirées proposées. Après un après-midi d’écoute, au cours de laquelle j’ai lutté tant bien que mal contre l’envie de danser sur

De la danse, on ne connait souvent que le résultat: la présentation sur scène. Hors, construire un spectacle de danse est un processus long et évolutif! À trois semaines de leur première, je suis partie à la rencontre de Evelyne Laforest et Rémi Laurin Ouellette, deux jeunes chorégraphes qui présenteront à Tangente Le facteur humain, duo dans lequel ils seront également interprètes, et (CO), une pièce fondée sur le mouvement et élaborée pour six danseuses. Dans (CO) et Le facteur humain, vous travaillez sur le mouvement, la « physicalité ». Pouvez-vous m’en dire

Art, nouvelles technologies, collaboration, création… le pitch de Museomix m’a intriguée. Un peu mêlée par leurs nombreuses vidéos et leurs GIF de chat en ligne, je suis partie directement au MAC à la découverte de cette belle initiative en compagnie d’Alexandra Bourque, attachée de presse de Techno culture club, organisateur de l’évènement. Comment a démarré Museomix et quel est l’objectif? Museomix a été lancé il y a 5 ans en France. L’idée est de laisser des créatifs de tout bord investir un musée pendant 3 jours (de 8h à minuit!) pour brainstormer

Après l’époustouflant David Altmejd, le MAC présentait dimanche dernier sa nouvelle exposition avec les oeuvres de Dana Schutz, figure incontournable de la scène artistique new-yorkaise, et Les Temps inachevés de Patrick Bernatchez, artiste majeur québécois. Dana Schutz, d’abord, nous plonge dans un tourbillon visuel et psychologique, avec ses personnages aux couleurs exacerbées et aux lignes acérées, acteurs de situations bancales, absurdes, et désopilantes. Dana Schutz, Swimming, smoking, crying, 2009 D’emblée, l’exposition me rappelle une conversation avec une amie novice en peinture qui, à la sortie de son troisième cours, me révélait :

Toile d’araignée géante en tape, nage dans les airs et nouveau féminisme… Tangente dévoile sa saison de danse! Aujourd’hui, on va parler « danse »… et plus spécialement « danse contemporaine »! C’est un sujet qui me tient à coeur, d’abord parce que je la consomme en tant que spectatrice, ensuite parce que je la pratique (à mon petit niveau!) et enfin parce que je travaille pour Tangente, acteur majeur du milieu bien connu des danseurs et des chorégraphes depuis 35 ans. À la fin août, nous avons dévoilé en grande pompe notre saison

Boxtape – Jouer dans le scotch C’est dans un lieu d’exception que Tangente nous dévoilait sa saison jeudi dernier. The paper factory, ancienne usine reconvertie en atelier d’artiste par Peter Trosztmer, accueillait médias, blogueurs et artistes dans une ambiance interactive et créative où nous avons replongé en enfance avec #boxtape, une toile d’araignée suspendue en ruban adhésif dans laquelle il était possible d’évoluer en compagnie des performeurs. Ce fut donc une soirée de lancement magique qui annonce une programmation éclectique et surprenante dans laquelle la danse contemporaine ne se limitera pas aux mouvements des

Le groupe LNDMRK derrière MURAL lance une nouvelle série évènementielle festive : VHS Une soirée estivale réunissant bouffe de rue, musique live et art mural dans une ambiance résolument urbaine: c’est le concept de VHS // van horne . station, une série de trois événements urbains éphémères issus de la rencontre entre les Piknic Électronik, le festival Mural et Cuisine de rue sous le viaduc Van Horne. Que du plaisir donc pour cette toute première édition qui s’est tenue le samedi 8 août, où j’y ai retrouvé mon food truck

Après Merveilles et mirages de l’orientalisme, c’est encore une exposition inédite que nous offre le MBAM avec Métamorphoses. Dans le secret de l’atelier de Rodin. Réalisée en collaboration avec le musée Rodin de Paris, l’exposition réunit plus de 300 œuvres de nature très diverses: des grands classiques, mais aussi des créations expérimentales méconnues, qui nous renseignent pourtant sur l’essence même du travail de ce sculpteur au nom infiniment plus connu que sa démarche artistique. Mon premier contact avec Rodin remonte à quelques années, lorsque je prenais encore le temps de

L’été démarre en force! Entre les Piknic electronik, les block party Mural et Osheaga, et les apéros dansants au lunch time Rise et Lunch beat, on n’arrête pas! Parce que des fois on a aussi envie de chiller dehors sans pour autant dépenser 4 000 calories, Querelles a sélectionné pour vous deux rendez-vous estivaux sous le signe du cinéma et de la musique classique. 1. Cinéma urbain à la belle étoile avec la SAT À quelle heure? À 21h Combien? Gratuit Où? Place de la Paix Site web Retour vers le future

« Fringe: not part of the mainstream; unconventional, peripheral, or extreme ». En français, « fringe » signifie ce qui est au bord, à la marge, extrême. C’est un nom bien choisi pour le festival qui fête cette année 25 ans de créativité, de provocation, et d’émergence artistique. Fringe, c’est un évènement qui réunit plus de 500 artistes internationaux sur 750 représentations mêlant théâtre, mais aussi danse et musique, du 1er au 21 juin. Le principe est simple: les shows présentés sont tirés au sort et tous les profits vont aux créateurs. Tout le

Le festival Mural, véritable hot bed de la créativité streetart en Amérique du Nord, regroupe des artistes muralistes des quatre coins du globe pour se réapproprier la Main du 4 au 14 juin. Querelles est allé à la rencontre des auteurs de ces tableaux géants sur fond de mobilier urbain en plein work in progress. Rencontre avec Curiot (MX) Favio Martinez est né au Mexique, a grandi aux États-Unis, et vie depuis quelques années au Mexique. Il peint des créatures mi-humaines mi-animales très colorées, fortement influencées par l’art tribal mexicain.

C’est un de ces jours de semaine intense, à la fois riche et épuisant. Je franchis les portes de l’Agora de la danse juste quelques minutes avant l’heure, essoufflée, avec un mal de tête lancinant qui me suis depuis le petit matin. Mon niveau de réceptivité est quasi nul. Je me faufile discrètement au premier rang et m’assois, enfin. Le flottement qui précède chaque début de représentation me donne le temps d’apprivoiser l’environnement : une immense salle recouverte de plancher ciré, éclairée par une douce lumière de fin de journée estivale

Depuis le 21 mai et jusqu’au 4 juin se tient pour la 9e année consécutive le Festival TransAmériques, évènement international présentant plus d’une centaine d’œuvres contemporaines autour du théâtre et de la danse. Querelles revient sur deux performances-choc, hautement catalytiques d’activités encéphaliques : Docteur B., qui décortique les cerveaux d’un neurologue et de sa compagne, et Tauberbach, où est mise en scène une schizophrène en proie à ses colocataires corticaux. Docteur B. Docteur B. s’ouvre sur un homme assis sur une chaise. Son corps s’anime progressivement de convulsions de plus en

J’ai découvert le travail de Sophie Jodoin très récemment à la foire Papier 15. De ses compositions dessinées, aux lignes épurées, ambigües, et subtiles, émanaient à la fois une force et un silence qui tranchaient avec l’effervescence du lieu. Intriguée par le mystère entourant ses fragments d’objets et ses formes floues, je suis partie à la découverte de sa toute dernière exposition, une certaine instabilité émotionnelle, à la galerie Battat Contemporary. De prime abord, l’instabilité est de nature physique: le blanc et le vide de l’espace sont saisissants et presque angoissants.

Le soleil pointe le bout de son nez, shorts et food-trucks refont leur apparition… enfin! Ça y est! On n’y croyait plus, mais l’été est bien est bien là, et la saison des festivals est déclarée ouverte. Les premières dates et têtes d’affiche viennent tout juste d’être dévoilées: cet été promet d’être encore riche et exaltant! Pour vous aider à vous y retrouver dans ce foisonnement créatif, Querelles a plongé son nez dans les programmes estivale et vous a concocté une sélection qui ravira vos oreilles, vos yeux, et vos

La fondation DHC/ART interroge le métissage et l’ambivalence culturelle avec Pièces de résistance, une exposition d’envergure consacrée au travail de Yinka Shonibares MBE, artiste pluridisciplinaire présenté dans de nombreuses foires prestigieuses comme Documenta 10 et la 52e Biennale de Venise. La recherche artistique de Yinka Shonibares MBE est intimement liée à ses origines multiples. Le travail créatif de cet artiste né à Londres de parents nigérians, et ayant vécu successivement en Angleterre et en Afrique, tourne autour des questions d’identité culturelle et ethnique, des rapports de force entre Afrique et

L’orientalisme de Benjamin Constant – Jusqu’au 31 mai Le musée des Beaux Arts de Montréal nous offre pour la première fois une exposition d’envergure sur l’Orientalisme. Initiée par Nathalie Bondil, directrice générale, conservatrice en chef du MBAM et Marocaine d’origine, elle est le fruit de travaux de restauration de grande ampleur, de recherches menées sur plusieurs années, et de collaborations inédites avec de nombreux experts et musées, dont le musée des Augustins de Toulouse – ville d’origine de Benjamin Constant, principal contributeur du mouvement. Comme le révèle son nom, l’Orientalisme,

La Foire Papier 15 est lancée! Pendant trois jours, amateurs d’art novices autant que collectionneurs avertis, pourront découvrir et acheter des œuvres sur papier présentées par les 40 plus prestigieuses galeries canadiennes. Pour cette 8e édition, c’est un tout nouvel emplacement qui a été choisi : le Complexe de Gaspé, situé en plein cœur du Mile-End. Certains détracteurs questionnaient le choix de Papier de déplacer ses activités dans une zone moins accessible que le Centre-Ville de Montréal. Mais cette nouvelle localisation fait plutôt le pari de l’événement-destination et accueille les amateurs

En ce 22 avril, jour de la terre au Québec, je vous invite à aller voir L’or du golfe au cinéma Excentris, un documentaire remarquable sur les enjeux et les risques d’une exploitation pétrolière imminente en Gaspésie. Nous avons tous conscience de l’importance de la question énergique et de ses problématiques environnementales. Pour autant, le sujet est complexe, et il est extrêmement difficile de prendre de la hauteur de manière objective sur les réels gains, risques et intérêts en jeu. L’or du golfe réussit le pari de la vulgarisation : loin

Une nouvelle foire voit le jour dans l’écosystème de l’art contemporain montréalais. Initié par quatre galeries (Lacerte Art contemporain, Éric Devlin, Yves Laroche, et Robert Poulin), Art Contemporain Pour Tous (ACPT) se présente comme un évènement alternatif à la Foire Papier organisée par l’Association des Galeries d’Art Contemporain, avec pour objectif de faire découvrir un art contemporain pluriel, et d’affirmer son goût pour la diversité. Parmi les dix galeries participantes, on retrouve des institutions reconnues et présentes sur la scène internationale (Lacerte Art contemporain, la galerie Éric Devlin, et la

Querelles est fier de vous présenter Sonia Reboul, nouvelle collaboratrice Arts & Culture! 
J’ai l’habitude de suivre de très prêt les évènements de Société des Arts et Technologies. Espace de diffusion, mais aussi formateur et centre de recherche artistique multidisciplinaire. C’est un lieu qui donne à faire de belles découvertes, toujours innovantes, et créatives.
 Quand j’ai vu cette annonce pour Rouge Mekong, ce « voyage immersif 360° » décrit comme un mélange de « cinéma intéractif, de performance, de poésie, et de musique », ma curiosité a été piquée. La