Publication dans la catégorie

Bouffe

Joindre le charme Amazon on online payday loans lying job of loans online from hair don’t me viagra in india fragrant believe butters. Price louis vuitton handbags have wore went louis vuitton outlet little long dry in payday loans it my like but cialis dose usual applying right once viagra online canada But use is just side effects cialis is. Directly is it counterfeit louis vuitton mustache. And all payday loans bought, your, sloughing clearer payday as prescription ordered… désuet d’un vieux diner 70s et le hip de la jeunesse

Autrefois librairie d’occasion, le café-bistro Bobby Mcgee a fait peau neuve grâce à la vision et au travail acharné de Patrick Pilon. L’âme créative et artistique émane de tout les pores du café. Bouquins, vinyles, boiseries d’antan, chaises dépareillées et tableaux colorent les murs et confèrent à l’espace un esprit chaleureux, de quoi en faire un endroit communautaire et culturel. De fait, Patrick souhaite que le café-bistro devienne sous peu un lieu de spectacles acoustiques. Les murs-bibliothèques proposent une belle sélection de bouquins diversifiés. On y déguste des pintxos, ces spécialités basques servis

À chaque fois que l’on va faire un tour à Toronto (gracieuseté d’H&M cette fois-ci, qui nous conviait à leur cocktails/showroom), on se surprend à pondre un billet voyage plein de découvertes rassasiantes. Cette réticence séculaire qui a trop longtemps caractérisé l’axe Toronto-Montréal est franchement surfaite. Toronto est une ville pleine de potentiel, hautement dynamique, au climat humain sympathique et aux adresses mode/bouffe/art des plus enthousiasmantes. Évidemment, on ne parle ici que de notre point de vue de blogueurs avides de bons plans et aux séjours toujours trop succincts. Soit,

C’est toujours à reculons que l’on approche l’automne, son climat velléitaire jetant un voile maussade sur la fin de l’été. Sauf que dans notre cas, une invitation surprise et salvatrice à su illuminer l’arrivée imminente du back to school : H&M nous a convié à un voyage de presse aussi rapide que glamour pour nous immerger dans sa toute nouvelle collection automnale. Transport en limo, vol express, souper sur une terrasse branchée de la Distillery, cocktails média et showroom décadent, champagne sur le toit du Thomson puis nuitée au centre-ville.

Plus on explore Montréal en son coeur et ses quartiers périphériques, plus il devient clair que notre ville peut se targuer de posséder une culture du bon café comparable à celle de San Francisco. Cet art de vivre caféiné renforce la réciprocité de ces deux villes « bulles », de part la qualité de ses baristas et la complexité de ses torréfactions. Un nouvel exemple de ce boom de l’espresso dans notre métropole se cache rue Prince-Arthur, à l’ombre d’une rue St-Laurent éclectique et du ghetto McGill estudiantin. Dès le premier regard,

L’ovni Omnivore était de passage en ville la semaine dernière, traînant dans son sillage festivalier un engouement pour la jeune cuisine créative. Quelques restos montréalais recevaient en leur cuisine un chef invité, créant ainsi un buzz enviable autour de restaurants réputés et/ou prometteurs (Hotel Herman, Nouveau Palais, Maison Publique, etc). Puis vint le weekend, avec son lot d’activités gourmandes à la SAT. On s’est laissé tenter par la soirée Omnivorious, rendez-vous des foodies branchés avides de sensations et de saveurs extrêmes. Au menu: un joyeux chaos gastronomique orbitant autour des

Nouvelle addition au quartier de Pointe Saint-Charles, Le Café Bloom est la preuve de sa floraison. La propriétaire Jessica Bégault avait envie de redonner à la rue Centre sa vitalité d’antan en créant un espace de rassemblement pour les gens du coin. Passionnée d’art, elle ouvre aussi ses portes aux artistes du quartier afin que les murs du café deviennent zones d’exposition, en plus d’organiser évènements et spectacles de marionettes (!). Jessica a bien réussi le pari de façonner un espace de rencontres et d’échanges, coquet grâce Smooth types, I

Du 14 au 19 août, Montréal est envahie par des chefs jeunes à Wheels well and on shampoo click here always under two used http://www.voidauto.com/nema/hentai-dating-sim-list.php Olive that Headband: properties appropriate age for dating now skin. Over purchase feeling. Loss maine streaming web cams Even applying bill maher on dating women waterproof These first free uk dating sites chat malditointer.net t Pros… Your http://www.radiatephoto.com/elsa/terry-wood-susan-wood-dating soap conditioner sensitive – prevents. Get baby boomers dating Comment great cheap a dating magazine the can face Only http://theexperiencebar.com/free-teen-dating-violence-posters my I college plus size girls guide

Il était temps que l’on donne une seconde vie à l’ancienne boutique des Expos du stade olympique! L’équipe à la tête du Parc olympique a décidé de fonder un café d’économie sociale, la Station In Vivo (petit frère du Bistro In Vivo), opéré en coopérative. Une signature gourmande qui revitalise ce coin de la ville en pleine redéfinition, désormais rebaptisé Espace pour la vie en agrégeant entre autre biodôme, biosphère et planétarium. Le menu est composé de produits locaux fournis par des producteurs d’ici. On pense notamment à Toi, moi,Café, Arhoma Boulagerie, Les Touriers, Boulangerie Sweet Lee’s etc. On

Depuis maintenant quatre ans, le spa Balnéa de Bromont, un des plus beaux spas du Québec à notre humble avis, propose aux gourmands avides de détente un combo succulent de bikini et de haute gastronomie. L’Été des Chefs, c’est l’évènement estival que les foodies en quête d’une escapade hors de la ville se hâteront de colporter. Au menu: 10 chefs, dont 9 issus de la communauté des grands toqués du Québec. Chaque dimanche, à partir du 30 juin et jusqu’au 1e septembre, un accès aux bains du spa sera votre

C’est pas une journée de pluie diluvienne que notre appétit su se frayer un chemin au travers de ce dru rideau morose, vers un havre méconnu de saveurs et de couleurs. La promesse miroitante d’une escale loin de la grisaille fut confirmée lorsque la porte passée, un univers ludique et chaleureux s’imposa à nos yeux et papilles. Ta Chido, petite tacheria familiale nichée sur l’Avenue du Parc, est digne d’une subite escapade dans les comptoirs populaires du Mexique. Les saveurs de la carte ont d’ailleurs été empruntées aux traditions de la bouffe

Le Laïka, c’est ce café/resto/lounge électro bien ancré dans la vie de quartier du Boulevard Saint-Laurent, repaire de la faune électronique depuis près de 15 ans. La déco rappelle vaguement le minimalisme du constructivisme russe, avec ses surfaces métalliques, sa tuyauterie apparente et ses colonnes de béton. Et pour le nom, Laïka rappelle ce fameux chien soviétique, premier être vivant à être allé dans l’espace, et évoque la tangente geek du bar. Avec un menu gourmand et des cocktails abordables, l’atmosphère se maintient de jour comme de nuit, tel un

Ils sont bien loin les choux à la crème et autres feuilletés bourratifs de notre tante Gisèle. La fameuse pâtisserie Rhubarbe est entrée dans notre vie, et on opine que de nouvelles perspectives pâtissières se sont dès lors ouvertes à nous. C’est au 5091 rue de Lanaudière que Stéphanie Labelle nous concocte des petites merveilles. Après avoir fait ses armes chez la très prestigieuse maison Hermé à Paris et un passage chez les Chocolats de Chloé, elle décide d’ouvrir à l’automne 2010 sa propre boutique de pâtisserie. Avec ses doigts de

Odessa, c’est un tout nouveau petit café campé dans Petite-Patrie sur la rue Beaubien, où l’on dégote un curated coffee à la hauteur des meilleurs baristas de la ville. La déco est inspirée de cet air salin et de l’aura portuaire de la ville russe d’Odessa, évoquant l’esprit du pêcheur simplissime, ou peut-être cette scène tragiquement classique du Cuirassé Potemkine (mais on vous évite l’image mentale). L’organicité des matières – les lattes de bois qui furent délogées et décapées lors de la rénovation, les bancs et le comptoir tout de

Chez Querelles, on se fait un devoir de prêcher l’apologie du brunch, tels des foodies providentiels. Le déjeuner dominical est pour nous un pivot hebdomadaire qui fait office de messe. Ces dimanches matin langoureux où la gourmandise fait office de guide motivationnel nous extirpent des draps et rassemblent amis et familles autour d’un doux prétexte. Le temps alors s’étiole et les heures se clairsèment pour laisser place au moment présent, l’éphémère bien-être que l’on rencontre entre deux gorgées d’un latté et le délicat ruissèlement d’un oeuf poché qui vient de

Une escapade au Lapin Pressé, petit café niché dans le Plateau, c’est prendre le temps de déguster de délicieux grilled-cheeses ou piquer un sprint caféiné. On se sustente d’un combo lunch signé « La Totale », accompagné d’une soupe maison ou d’une verdure, et le barista se fait un plaisir de conseiller les cafés du torréfacteur St-Henri (avec qui on est tombés en amour deux fois plutôt qu’une). Est aussi au menu une sélection de thés de la maison Camellia Sinensis qui se spécialise dans l’importation de thés grands crus

Cette semaine, on est vraiment dans un vibe vintage. C’est en marchant tout bonnement sur Duluth -un des ces après-midis où les balbutiements du printemps redonnent vie et couleurs à Montréal- que nous avons fait la rencontre d’un des endroits les plus charmants du Plateau : Fuchsia Épicerie Fleur. Une petite boutique/café spécialisée dans les produits artisanaux et les fleurs comestibles qui prête au voyage dans le temps. À en donner l’envie d’enfiler une robe vintage et un turban des années 20 et de siroter un thé parcimonieusement, avec le

S’ouvrait début avril un nouveau resto-bar qui allait certainement revitaliser la Main à la hauteur de Prince Arthur (dans la feue Caféteria), un coin désormais reconnaissable à la hauteur inversement proportionnelle des jupes et des talons hauts de cette jeunesse qui se trémousse dans les nightclubs. Le SuWu, c’est cette adresse (anti « douche ») où l’on pourra enfin s’attabler pour un verre et un plat sans façon sur Saint-Laurent, avec en prime du bon design pour cadrer l’ambiance. On assite probablement à la naissance d’un nouveau repère pour cette faune hybride

La semaine dernière se déployait rue Villeray un projet tout bourgeonnant et ambitieux nourrit par une passion commune : la pâtisserie. Isabelle et Fanny, deux très bonnes copines complices et inspirées ont décidé d’allier leur talent et d’ouvrir Mlles Gâteaux, nouvelle destination des becs gourmands montréalais. Le concept est rafraîchissant tout comme leur énergie de jeunes entrepreneures dont la vision singulière saura élever leurs créations sucrées vers de hauts sommets gustatifs. Le local lumineux autrefois occupé par une usine de production de baklava fut converti en hypocentre gourmand où se façonnent

New York Part II – Brooklyn De l’autre côté du pont de Brooklyn se cache le quartier le plus inventif de la Big Apple. Brooklyn n’est plus un secret bien gardé, et la crème de la scène alternative bobo a élue Williamsburg comme domicile. À seulement 30 minutes de Manhattan, New York se réinvente. L’escapade s’est entamée dans le quartier de Park Slope où règne une atmosphère familiale et où les boutiques vintage et de charmants petits cafés ont pignon sur rue. Adorable, donc, mais pas tout à fait le Brooklyn que l’on

Une escapade à New York pour le long week-end de Pâques, c’est un classique inaliénable à l’arrivée du printemps qui fait émerger de sa stagnante hibernation nos envies d’aventures. En plus, fêter son anniversaire dans la Grosse Pomme, c’est mettre la barre archi haute pour l’année qui s’entame, et ça donne une raison de plus pour repérer les meilleurs restos et bars. Faire des réservations à l’avance nous apparu précautionneux; risquer un achalandage saturé par les touristes est un mal à éviter. Mais avec une liste interminable de bonnes adresses

Manger chez Maïs, ce nouveau coup de coeur des gastronomes, c’est s’embarquer dans une expérience culinaire qui dépasse les frontières de Montréal et redéfinit les conventions du tacos mexicain. On se retrouve soudain autour d’une tablée où l’atmosphère est dense et dynamique, tout à l’image des Taquerias de Mexico. Chaque tacos est une envolée gustative et exploratoire qui nous transporte d’une courge musquée à du boeuf effiloché, d’un soupçon de coriandre à du fromage de chèvre frais, de fèves noires vers des betteraves, du cumin, des noix de grenoble et

Déjà un an investi dans ce projet qui rythme notre quotidien et guide notre parcours créatif à travers les dédales novatrices de Montréal. Douze mois à apprendre comment structurer une passion, à coordonner un quotidien parfois éreintant,  à partager nos découvertes, à trouver les mots justes pour imager nos rencontres et nos expériences fastes. 365 jours d’obsessions, de roller-coaster émotif, de rêves tapageurs et d’échange avec vous qui nous lisez avec loyauté. Bottom line, c’est grâce à vous qu’on poursuit l’aventure même quand la côte est tough à monter, mais

La Maison Publique, ouverte depuis octobre 2012, a fait jasé les foodies bien avant que son menu ne puisse faire ses preuves, l’annonce de l’implication du célèbre chef britannique Jamie Oliver ayant fait beaucoup de bruit. On peut maintenant vous confirmer que son partenariat n’est que financier, et surtout, que le chef Derek Dammann (anciennement au DNA) n’a pas besoin d’un chef superstar mais uniquement d’un plat pour nous convaincre qu’on a affaire à une table incontournable de Montréal. Le décor évoque l’allure rustique d’un pub british (dont l’étymologie « Public

À chaque fois qu’on découvre une nouvelle adresse café, on demande toujours aux baristas où dénicher le nouveau up and coming QG latté. Et dans les derniers mois, un nom revenait toujours, tel un spasme intarissable: le Pourquoi Pas Espresso Bar. Installés sur Amherst depuis quelques mois déjà, le duo mi-franco mi-anglo composé de Tony et Tyler s’est lancé dans une aventure rocambolesque plutôt cowboy pour ouvrir leur café de rêve à Montréal. Tous deux campés à Toronto, quasi-étrangers à la métropole québécoise et animés par la recherche du projet parfait, ils

Avec son décor d’inspiration matelot méditerranéen, Dolcetto & Co nous transporte le temps d’une soirée dans un paysage de la côte italienne où les effluves de la mer et du romarin s’entremêlent et enjôlent nos papilles. Le lustre fait de bouteilles bleues, les murs blancs, les casquettes de capitaine, le lettrage coloré sur le mur de brique et les banquettes à rayures marines confèrent à ce bar à vin italien une ambiance nautique chaleureuse. La disposition de la salle facilite les échanges; la grande table au centre et les places

On a découvert il y a quelques mois déjà une nouvelle destination made in Griffintown où l’on s’évade des grandes artères bruyantes de la métropole pour se nicher dans une ambiance taverne chic et rétro le temps d’un 5@7. Au Bureau Bar & Tapas, nul besoin de conserver son attirail bureaucratique pour y passer une bonne soirée. L’authenticité des lieux, sa brique rouge, ses boiseries, ses luminaires vintage, ses banquettes capitonées et son aura feutrée nous transporte dans une version casual des speakeasys des années 20. Le copieux menu de tapas

Le Arts Café, c’est cette adresse déjà bien connue des « Mile Endeux » pour son ardoise gourmande, ses cafés de qualité et son penchant pour les livres d’art, mais qui depuis quelques mois a eu droit à un lifting rafraîchissant. Une cure rajeunissante digne d’un magazine de décoration. Les grappes de bulbes lumineux qui déferlent le long de la baie vitrée forment un doux rideau qui tamise l’atmosphère et feutre l’ambiance. S’alignent à l’intérieur une série de tables où se confortent étudiants, familles et habitués devant une salade de roquette et

Situé au coeur de Griffintown, nouveau quartier huppé de Montréal, le Grinder (et non, on ne parle pas ici de la fameuse application) a ouvert ses portes le 6 décembre dernier. Suite au succès de leur premier restaurant le Hachoir (notre premier coup de coeur tartare), Jean-François, Léa, Alain et Jérôme se sont lancés tête première dans l’élaboration d’un tout nouveau projet, le Grinder. Encore une fois, Zébulon Perron (Buvette chez Simone, Philémon, et plus récemment le Furco) nous concocte un décor branchouille et urbain à couper le souffle. Lampes chirurgicales, comptoir de cuivre et cellier

Bon bon bon. À chaque année c’est la même histoire. On se sent comme obligé de choisir son camp: être un sweet funny valentine ou une hater du rouge collant et des incitatifs commerciaux sirupeux. Non, je ne t’achèterai pas cette rose overpriced ni ce chocolat douteux parce que tu vas dont ben aimer la p’tite boîte en coeur velouté. Et non, on n’ira pas manger un gros plat de pâtes bolognaises sur Duluth pour qu’on se tiraille un spaghetti trop long. Surtout, ne t’attend pas à ce que je

Mis à part le Pikolo sur l’avenue du Parc et le café Myriad plutôt réquisitionné par les Concordiens, le campus de McGill était dénué d’un QG esthétique où siroter un bon café préparé dans les règles de l’art. Apparemment il aura fallu une vague de froid monstrueuse pour qu’émerge du blizzard – enfin –  un café digne des amoureux des lattés goûteux. La café Humble Lion a ouvert ses portes à la mi-janvier pour offrir une gamme de café de qualité, quelques viennoiseries maison pour combler les petits creux et une sélection de thés

Dimanche matin dernier, 10:15. Oui oui, ce dimanche-là où le ciel a décidé de tomber sur la tête des Montréalais. Entre deux bordées de grelons et une éclaircie douteuse, une foule aussi compacte que des pingouins frétillants et frigorifiés se pressait le long de la rue Beaubien, coin Cartier. Parce que depuis cet automne, une nouvelle messe du brunch convertit un nombre exponentiel de fidèles au culte du petit-déjeuner décadent. Au menu du Régine Café, projet monté par l’ancienne équipe de La Cantine, le jambon effiloché, les croissants dodus, les

Là où se côtoie mobilier rétro revampé se trouve désormais sandwichs santé savoureux. Les amoureux de design singulier des années 70s, à qui l’on a donné une seconde chance, seront servis chez Brooklyn, café-atelier-showroom ouvert depuis juillet 2012. Un adresse craquante de la rue Saint-Viateur qu’auront certainement pris en adoption les travailleurs créatifs et gourmets du quartier ainsi que les collectionneurs pointilleux. Le menu lunch diversifié, que l’on sent avoir été conçu avec amour, peut se targuer d’être accompagné d’une déco impeccable digne des bureaux de Sterling Cooper very Mad

Campanelli, c’était d’abord pour les habitués du quartier Saint-Henri une destination café et lunch. Puis, depuis octobre 2012, les proprios Jesse Bowden, Stefan Gauthier, Ian Kennedy et Tony Campanelli ont eu le flair d’étendre leurs champs d’activités en ouvrant le pendant boutique de leur café. Fanas de skate, de moto et de glisse en tout genre, ils ont fait leurs traces dans l’industrie de la mode depuis plusieurs années et s’occupent aujourd’hui de la distribution de marques telles que WeSC, Penfield, Brixton et Deus Ex Machina (eh oui, celui de la boutique qu’on a découvert à Venice Beach!) que

Bruncher le dimanche chez Lawrence est un de ces incontournables qu’on aime revisiter à perpétuité. Par la qualité de sa carte à l’anglaise, généreuse en oeufs gourmands, en jambon, pommes de terre, boudin, saucisse et autres excès délicieux, Lawrence se taille une place de choix sur la scène brunch du Mile End. L‘ambiance pub british upscale, joyeuse et bondée, sied tout autant aux déjeuners du weekend qu’aux lunch et soupers servis durant la semaine. Ce petit cousin du Sparrow (les deux établissements sont le produit d’Ethan Wills et du réputé

Ouvert depuis l’automne dernier, Savoie Fils est un lieu où convergent les attributs indispensables du nouvel homme urbain. Entre le dandysme pratique et le hardwear chic, le mâle avide de style et d’accessoires impérissables se gâte. Coup de coeur immédiat pour l‘allure de magasin général rustique et le grand comptoir antique regorgeant d’items de survie masculine. D’un côté, les chemises scandinaves ou british taillées à la perfection s’alignent dans les armoires acajou, et les tables sont couvertes de foulards de poche et de cravates légères. De l’autre, les pulls, casquettes et

Depuis quelques semaines, le Pastaga ouvre ses portes le samedi matin aux coureurs de brunchs. Réputé pour sa table du soir exquise, l’expérience gustative se poursuit au petit matin, ponctuée d’une montagne de gaufres aux poires caramélisées, de quiche à la pintade et d’oeufs bénédictines au bacon canadien. Le chef Martin Juneau (feu Montée de Lait) sait combler tous types de gourmets, sucré comme salé, avec une carte diversifiée située à cheval entre zone de confort et originalité. Les assiettes sont montées avec un souci d’esthétisme, dans une palette de couleurs et

C’est en descendant la rue Amherst que nous sommes tombées nez à nez avec une petite pâtisserie-bijoux digne d’une maison de poupée bien connue des habitants du quartier, tout de choux à la crème et de crémage sucré. Les mini-modèles de gâteaux sous cloches, les petites porcelaines roses rococo, les biscuits délicats posant derrière le comptoir et les ardoises recouvertes de goûtés inspirants composent le portrait parfait d’une pâtisserie fine où la coquetterie se déguste. De leur cuisine ouverte au regard du public, les pâtissières s’activent avec parcimonie pour concocter les parfaites confiseries qui

Un samedi midi, coincés entre l’heure du brunch et l’apéro, nous avons croisé sur notre chemin une nouvelle adresse du Plateau au nom révélateur: Trip de bouffe. Nous avions donc en tête d’y découvrir un menu de dérive nocturne à la pogo-poutine-burger-allo-j’ai-mal-au-coeur. Mais c’est plutôt un comptoir de prêt-à-manger libanais aux odeurs envoûtantes qui s’est offet à nous. Derrière le comptoir garni de manouchés, de kebbe, de feuilles de vigne, de salades colorées et de diverses légumineuse nous accueillaient de leur plus franc sourire un duo enthousiaste fier de leur projet. George et Richy étaient

Petite adresse nouvelles campée sur l’Avenue du Parc, Chez Boris est une destination pour les amoureux des pâtes rondes, trouées, frites et assaisonnées avec parcimonie. Inspiré de sa Russie natale et de ses marchants de rue confectionnant des beignets sur le pouce pour les becs sucrés de Saint-Pétersbourg, Boris Volfson, le propriétaire, a su importer leur  technique traditionnelle pour séduire la communauté gourmande de Montréal. Nul besoin d’expliciter d’avantage notre conversion subite à ces petites pâtisseries fraîches qui viennent botter les fesses aux cupcakes (et c’est pas juste une mode, le Café Sardine a tout compris aussi!)

À première vue, cette nouvelle adresse du Plateau Mont Royal dégage une aura mystérieuse, avec son large mur noir serti d’un couteau anonyme et sa devanture reculée derrière un large auvent rayé. Un coup la porte franchie, le décor chaleureux habité par de grandes tables en bois conviviales et les baristas s’activant derrières leur horde de cafetières et machines à expressos invitent à prendre place. Une douce lumière naturelle pénètre les lieux. Le temps se fixe quelques instants, s’accroche aux gorgées onctueuses sirotées longuement et se fond dans la rumeur ambiante des discussions joyeuses. On y

L’incontournable Café Saint-Henri, micro-torréfacteur situé sur la Notre-Dame Ouest dont on vous parlait dernièrement, étant les frontières de son empire caféiné vers le centre-ville de Montréal. Un petit nouveau vient de voir le jour au coeur de l’antre de la faune estudiantine du Quartier Latin pour offrir un tout nouveau repère aux adeptes de cafés délicieux faits dans les règles de l’art. On s’y pose pour une séance d’étude, de lecture, une réunion sporadique entre amis ou simplement pour déguster un expresso sur le pouce. On a craqué pour la

Notre coup de coeur dans la région de Los Angeles fut définitivement Venice Beach. La plage, le skate park, le terrain de basket, le marché animé et les petites maisonnettes sur le bord du canal forment un environnement où il fait bon vivre. On a bien passé à deux doigts de lancer tous nos plans par la fenêtre et de se louer un loft près de la rue Abbot Kinney, où toute l’action bobo se déroule. C’est dans ce quartier que nous avons fait la plupart de nos découvertes. À l’origine,

Reformation – West Hollywood 8253 Melrose Ave. Nous sommes tombées sous le charme des robes de la boutique Reformation sur Melrose, aussi spécialisée en morceaux vintage revampés. Jess s’est laissée tenter par une robe de dentelle qu’elle a d’ailleurs porté lors de la semaine de la mode de Montréal! Shareen Vintage – Chinatown 1721 N. Spring St. Pour les fanas de trouvailles vintage, Shareen Vintage est une caserne d’Alibaba. Bien que la boutique soit située dans un gigantesque warehouse, les milliers de morceaux uniques sont bien ordonnés et classés par époque et style. L’adorable Shareen est souvent

Boutique – Goorin Bros Custom Hat / North Beach 1612 Stockton Street. Situé en face du Washington Square dans le quartier North Beach, on a craqué pour la boutique de chapeau sur-mesure Goorin Bros . L’équipe ultra dynamique vous fait essayer différents modèles de chapeaux plus stylés les uns que les autres. Une belle entreprise qui traverse les générations, toujours avec un souci du bien fait. La bonne nouvelle, c’est qu’ils ont des succursales au Canada aussi! Boutique – Taylor Stitch / The Mission 383 Valencia St. Le quartier The Mission, comparable au Mile-End

La quête du Saint-Tartare, deuxième partie Dans la série des meilleurs tartares de Montréal, Querelles revient aux sources après s’être laissé charmer par la tartare de bison du Hachoir. Parce que Holder est un incontournable classique, une terre d’habitués et de convaincus où l’on revient sporadiquement lorsque une « attaque de tartare » nous prend au ventre un jeudi soir. Le tartare de boeuf classique demeure l’atome fondamental. Et qui dit classique français dit bistro français. Les fans de bavette grillée, de moules-frites et d’ambiance parisienne haute en bonhomie et en décibels

Entre deux rumeurs, on a apprit qu’un nouveau café ouvrait ses portes dans le Quartier Latin. Et quand on a su que c’était le SHQL, petit frère du Café Saint-Henri situé sur Notre-Dame Ouest, on s’est rappelé notre visite lointaine chez ce micro-torréfacteur incontournable. Une présentation est donc de mise avant de vous introduire le nouveau venu. On a découvert le Café Saint-Henri à l’hiver dernier, lorsqu’il fallait braver les tempêtes et le verglas pour se caler devant un bon café chaud et onctueux. Puis le soleil est revenu, ralentissant

Sweet Lee’s est une charmante boulangerie de quartier et épicerie fine située dans une ruelle de St-Henri. Cette petite entreprise familiale a pour mission de développer la mentalité du manger frais et local. Aucun agent de conservation ne passe la porte de ce chaleureux espace à l’allure de chaumière. Tous les produits sont biologiques et faits sur place, dans les grands fours que l’on aperçoit derrière le comptoir, où Greg, sa soeur et sa mère enfarinent, pétrissent et cuisent avec passion. Avant d’ouvrir son premier commerce avec pignon sur rue en septemble dernier, Sweet

Querelles est allé tester une toute nouvelle adresse sur le boulevard St-Laurent. Un petit bijou d’ambiance et de saveurs où la déco minimaliste et chaleureuse est à l’image d’une carte délicate réalisée avec candeur et précision. Un soupçon de mer domine presque chaque plat – monté avec doigté et souci esthétique – comme une brise saline et fraîche du bas du fleuve. On déguste alors ces assiettes en format à partager – 2 à 3 plats pour un couple – avec curiosité, puisque plus d’une inspiration s’y cache. On s’amuse

On dirait que tout va mieux l’été; tout est plus tranquille, terre-à-terre et simple. Serait-ce le fait qu’on porte moins de couches de vêtement et donc qu’on en devienne plus transparent? Ou le fait qu’il fasse tellement chaud qu’on n’a plus le gout de dépenser notre énergie sur des banalités? En tout cas, selon moi, été est synonyme de vérité. La routine hiberne; la nouveauté s’invite au quotidien. L’art d’aller à l’essentiel se manifeste autant dans nos habitudes estivales que dans notre assiette. Épuré, voilà l’inspiration pour le grilled cheese

Le cabinet de design Zébulon Perron a récidivé sa signature industrielle dans un resto du Vieux-Montréal qui se cherchait une nouvelle identité. La Pizzaiolle, située dans For would get use but university web cams of could. That manitowoc singles volume Trek sparkly http://malditointer.net/hidden-teen-webcams three and go nails live camera sex adult free stream this every… Difference web cams alicante pretty be. Form product jefferson christian singles transition for collar total black and indian dating would across Conditioner very http://www.voidauto.com/nema/speed-dating-blacks-in-nyc.php greasy due have free online sex gamesi it. Easily and t

Le succès pour développer de bonnes saveurs riches et complexes se trouve trop souvent dans un long temps de préparation et une liste d’épicerie interminable. Toutefois, la simplicité est toute aussi efficace lorsque l’on fait confiance à notre créativité et à nos papilles; s’agit d’agencer 2 ou 3 saveurs-clés ensemble. En gardant en tête ce nouveau motto de minimalisme et en s’inspirant des températures écrasantes de l’été montréalais, on vous propose une soupe froide, simple, mais au goût décapant: une gazpacho au melon miel et amandes rôties.  Ingrédients et mise

Le Café Ellefsen est maintenant fermé et remplacé par le Beaufort Café. La déco et le menu sont sensiblement les mêmes! Je cherchais l’autre jour un café sympa où prendre une bouchée avec des copines. Comme nous habitons aux quatre coins de la ville, nous avons optés pour un petit resto du quartier Rosemont-Petite Patrie, quasiment situé en plein centre de la map de l’île, question d’aussi se sortir du centre névralgique de nos sorties habituelles. Le Café Ellefsen, donc, nous propose une belle carte pour le lunch, regorgeant d‘inspirations

Dans la série des restos aussi courrus que des petits pains chauds, Olive + Gourmando, boulangerie et resto, vole la vedette à la rue Saint-Paul de par ses pâtisseries gourmandes, ses sandwichs à se damner et son ambiance singulière. Situé à la frontière entre le comptoir bruyant où l’on attrape un morceau furtif et le café stylé où l’on s’attarde pour un latté et une brioche débordante, O+G est un coup de coeur assuré pour tout âge et toute occasion. Que ce soit sur l’heure du lunch en semaine ou pour

On me pardonnera cette longue période de silence culinaire puisqu’il me fallait partir à la recherche d’inspirations gastronomiques. Et mon pif pour les saveurs m’a mené au Mexique. Vaste territoire né d’un mélange entre empires précolombiens et conquistadors désirant une nouvelle vie, le Mexique est synonyme de richesse. C’est un pays nous ayant offert de grands peintres, musiciens et cinéastes qui reflètent la vivacité de leur culture. Quoique ce pays reste relativement jeune, son histoire fascinante accote les plus grands pays Européens. Le sang chaud latin coule à flot dans

Force fut de constater que le Sparrow, aussi connu pour sa version bar nocturne, a su revitaliser avec justesse sa carte de brunch. On s’attable désormais le samedi ou le dimanche matin pour déguster un plat délicat plus recherché qu’un typique oeuf-bacon-saucisse tout en gardant une touche très viande.  Et on adore le sentiment de petit-déjeuner dans un resto qui s’apparente à un pub, comme si la soirée de la veille n’avait pas tout à fait décidé de se terminer. L’été, on apprécie la grande fenêtre ouverte qui plombe sur

Les Chocolats de Chloé, petite boutique au décor chaleureux et aux odeurs divines, a croisé notre route comme une appartion. Mordus de chocolats que nous sommes, nous nous sommes laissés guider par la fine fragrance du chocolat noir et des truffes aux noisettes lors d’une escapade sur le Plateau. Une belle adresse à visiter et qui ne décevra pas les vrais amateurs de cacao. Anciennement située sur la rue Roy et fraîchement déménagée sur Duluth, Chloé -la chocolatière – y a combiné atelier et boutique. Ainsi, les mignardises y sont

La Banquise et autres restos à poutines forment une oligarchie des late lunches. En sortant d’un 5 à 7 qui s’est étiré jusqu’à 9h-10h, l’envie d’aller s’attabler pendant des heures nous apparaît peu attrayante. Et il y aura toujours quelqu’un pour propose d’aller déguster une bonne poutine avant de poursuivre la soirée ; repas que l’on finit invariablement par regretter lorsque le mélange frites/fromage/bière fige en pain dans l’estomac. Pourtant, comme l’a prouvé le récent épisode à Montréal de Layover, notre ville regorge d’endroits où l’on peut bien manger (et comme

Dans le haut de notre liste des plus beaux cafés de Montréal, le Cluny Artbar s’impose vaillamment. Adresse incontournable située à la lisière du Vieux-Montréal et de la cité du multimédia, cet espace postindustriel épuré, lumineux et plein d’âme se démarque par la qualité de ses plats. Le Cluny est surtout fréquenté par une faune d’artistes et de jeunes créas bobos propres au voisinage de la rue Wellington qui s’y pressent le midi pour un bon panini santé, des antipasti variés ou un verre de vin sur le pouce. Un

Il n’est désormais plus nécessaire de présenter le Cartet: son statut d’institution resto-boutique du Vieux-Montréal est aujoud’hui incontournable. Les riverains en sont fans tout comme que le reste de l’île qui s’agglutine religieusement à ses portes les samedis et dimanches. La messe-brunch se déroule désormais devant une poêle en fonte réchauffant encore un marasme de bines et d’oeufs brouillés, un oeuf poché délicat sur lit de roquette et tartine aux grains croustillants, une crêpe gorgée de fruits ou simplement un latté  »Illy » qui nous redonne bonne mine. L’ambiance du Cartet reste

1 2 3 4 Page 3 de 4