Projet HoMa- Virée arts visuels dans Hochelag

_MG_0485_Photo Guy L'Heureux

Ahh Hochelaga, Hochelag comme disent les vrais. Ça semble loin, on pense aux usines et à l’interminable ligne verte… À moins d’y vivre (et donc d’en connaître le charme) plusieurs se demandent qu’est ce qui pourrait bien les amener dans cette partie de l’île. On a trouvé le meilleur argument, puisqu’il se passe beaucoup de choses côté arts visuel ces temps-ci et ce week end. Querelles vous invite à s’aventurer dans ce mystérieux coin de l’est de la ville, terre créative fertile ainsi que quasi QG pour plusieurs artistes montréalais, afin de visiter un événement unique en son genre: Projet HoMa.

La commissaire invitée Geneviève Goyer-Ouimette rassemble 23 artistes qui ont en commun un atelier ou un chez-soi sur le territoire hochelagien et nous présente une soixantaine d’oeuvres qu’elle met en relation sous une même thématique: celle de la mémoire, de ses jeux et de ses miroirs.

Un besoin dans la communauté

Une exposition collective comme Projet HOMA, c’est une idée qui germe depuis longtemps dans le milieu artistique du quartier. Grâce à l’organisme C2S Arts & Évènements, deux expositions seront présentées au public et plusieurs activités auront lieu jusqu’à ce dimanche 23 juin. La commissaire invitée Geneviève Goyer-Ouimette rassemble 23 artistes qui ont en commun un atelier ou un chez-soi sur le territoire hochelagien et nous présente une soixantaine d’oeuvres qu’elle met en relation sous une même thématique: celle de la mémoire, de ses jeux et de ses miroirs.

Aussi, lors d’un bref entretien, elle nous explique que d’autres critères ont guidés ses choix:  l’exposition Mémoire/Miroir devait représenter plusieurs médiums, posséder un ratio égal d’artistes hommes et femmes et être représentative de diverses générations d’artistes. Bref, on souhaite vraiment en avoir pour tous les goûts, être accessible au public et attirer les gens du quartier.

Mémoire des sens/Jeux de mémoire

La Maison de la culture Maisonneuve accueil le premier volet de l’exposition soit Mémoire des sens/Jeux de mémoire qui explore la complexité de cette dernière, comment le cerveau se réaproprie les souvenirs, les réajuste. On est surtout frappés par une oeuvre qui semble à prime abord très simple: Les errances de l’échos (2005) de l’artiste multidisciplinaire Jean Dubois. Il s’agit en fait d’un miroir sonore, interactif, qui réagit au touché, à la chaleur et à au poids d’une main. Si on s’approche un peu trop de celui-ci, qu’on le touche, il nous parle. On s’éloigne et il nous crie de revenir. On entend cette voix qui nous rappelle celle dans notre tête, qui nous parle lorsqu’on se regarde dans la glace. Une oeuvre complexe et étrange, qui se révèle être la pièce maîtresse de l’exposition, celle autour de laquelle toutes les autres gravitent et forment un tout cohérent et ludique.

Réminiscence

Le deuxième volet de l’exposition, Réminiscence, est présenté à la Fondation Guido Molinari. Ici, la thématique est reliée à la mémoire comme apparition, à l’idée d’une emprunte. À première vue, on s’imagine que toutes les oeuvres relèvent plus ou moins de l’abstraction. Un regard attentif révèle une autre perspective, un deuxième niveau d’interprétation visuelle apparait dans les oeuvres: on distingue une forme familière; on ne se retrouve victime d’une illusion d’optique. Une autre belle surprise à l’étage: une exposition solo de Marc Seguin, qui eu le maître de l’abstraction géométrique comme mentor.

Un projet social

Depuis quelques années, on remarque l’embourgeoisement du quartier, et un événement comme projet HOMA est aussi, en quelque sorte, une forme de projet social qui tente de rassembler milieu de l’art et d’intéresser les vétérans d’Hochelaga à la riche vie culturelle de leur quartier.

Il y a de cela plusieurs années, Guido Molinari avait transformé une ancienne banque du quartier Hochelaga-Maisonneuve en atelier/résidence. Aujourd’hui appelé la Fondation Guido Molinari, cet endroit est devenu une salle d’exposition au cachet vintage enchanteur. Même si l’ouverture officielle n’aura lieu qu’en automne, il était impossible pour la Fondation Molinari de refuser un événement comme Projet HOMA. Pour ce futur centre de recherche, il est important de préserver le caractère historique de l’endroit et de dynamiser la vie culturelle de ce quartier qui fut longtemps celui du peintre. Celle-ci se donne d’ailleurs comme mission d’offrir aux résidents d’Hochelaga-Maisonneuve la possibilité de voir des oeuvres d’art reconnues à l’international et exposées partout dans le monde. Depuis quelques années, on remarque l’embourgeoisement du quartier, et un événement comme projet HOMA est aussi, en quelque sorte, une forme de projet social qui tente de rassembler milieu de l’art et d’intéresser les vétérans d’Hochelaga à la riche vie culturelle de leur quartier.

Ce dimanche 23 juin, la performance est à l’honneur

Projet HOMA présente des oeuvres majeures, accessibles et accrocheuses. On nous offre deux expositions bien construites, des lieux d’exposition magnifiques et une thématique pleine de sens. Afin de clore cet événement d’envergure, l’artiste Nadège Grebmeier Forget présentera dimanche une performance qui risque d’être assez intense. Pour celles qui souhaitent réveiller leurs ardeurs féministe, c’est un rendez-vous à ne pas manquer.

Où?
  • Maison de la culture Maisonneuve, 4200 Ontario E. de 12h à 18h jusqu’à dimanche
  • Fondation Guido Molinari, 3290 St-Catherine E. de 12h à 18h
Quand?

Du 13 juin 2013 au 23 juin 2013

IMG_8442 IMG_8444 IMG_8435 IMG_8434 IMG_8452 IMG_8449 Miroir François morelli

Article: Milly Alexandra, Boris Perraud

Photos: Boris Perraud et Projet HoMa

Commentaires

commentaire

Milly Alexandra
Articles similaires